Le Conseil d’État a condamné ce mercredi le gouvernement à prendre les arrêtés nécessaire pour lutter contre la pollution lumineuse. Pollution émanant des bâtiments (bâtiments publics, immeubles et maisons privés…), des candélabres… mais aussi des très nombreux supports publicitaires :

  • Enseignes et vitrines des magasins, allumées très souvent jusque tard dans la nuit,
  • Panneaux déroulants (ou non) éclairés jusque tard voire toute la nuit,
  • Et désormais les écrans vidéo, qui pullulent dans les magasins, dans certaines communes de l’agglomération, et le Grand Lyon prévoit d’en rajouter 100 à partir de 2020.

La pollution lumineuse a des conséquences sur notre santé (dérèglement du rythme circadien) mais aussi sur la faune, les végétaux. Baisser cette intensité lumineuse, c’est protéger notre santé et la biodiversité. Quelques jours après que des études nous apprennent qu’un tiers des oiseaux avaient disparus en seulement 15 ans, il est temps de prendre des mesures et arrêter de regarder en l’air en attendant que ça passe.

Tout le monde doit faire sa part, et notamment la métropole de Lyon, en réalisant un RLPI* stricte sur ce point de la pollution lumineuse.

Le 24 février, le Collectif Plein la vue a officiellement remis à David Kimelfeld et Georges Képénékian sa Contribution citoyenne au RLPI, demandant notamment :

  • L’extinction des enseignes dès fermeture de l’activité et non à 1h du matin comme l’exige le Règlement national de publicité. De même, forte limitation du temps et de l’intensité d’éclairage des MUI (Mobilier Urbain d’Information – « sucettes »).
  • Interdiction total des écrans vidéo publicitaire dans l’espace public.
  • Interdiction des écrans derrière les baies vitrées des magasins (ceci est possible : cf article du RLP de Paris).
  • Retrait des grandes enseignes au sommet des immeubles (quais du Rhône, périphérique…).

Le Collectif espère que les élus seront être attentifs aux conclusions du Conseil d’État, aux nombreuses études sur le sujet de la pollution lumineuse et ses effets néfastes, et enfin aux citoyens du Grand Lyon, qui comme la pétition le prouve, souhaitent voir « Des arbres, pas des pubs ! » pour leur territoire.

——————

*RLPI : Règlement local de publicité intercommunal.

Rappelons que nous sommes au tout début de la concertation publique sur le RLPI, qui va légiférer sur la place de la publicité dans l’espace public pour les années, voire les décennies à venir. Chaque citoyen peut interpeller la métropole de Lyon en écrivant à concertation.rlp@grandlyon.com ou à partir du site pleinlavue.org.

La pétition « Des arbres pas des pubs, libérons la métropole lyonnaise de la pression publicitaire » regroupe plus de 10 000 signatures (pleinlavue.org).

Photo : RAP Lille.

 

Categories: InfoNews