Communiqué de presse – 16 décembre 2019

En deux ans d’existence, le Collectif Plein La Vue a obtenu des résultats significatifs concernant la publicité dans les espaces publics notamment à l’échelle de la Métropole de Lyon. La fête organisée mardi 17 décembre (infos ICI), pour son deuxième anniversaire, sera l’occasion de revenir sur deux avancées récentes : l’abandon du principe de financement des Velo’V électriques par l’installation d’écrans numériques publicitaires et l’approbation par l’Assemblée Nationale d’un amendement permettant aux Maires d’interdire les publicités numériques et lumineuses.

Ce sera sur la péniche « Le Fargo » mardi 17 Décembre à partir de 19h30 que le collectif lyonnais soufflera ses deux bougies. L’occasion de remercier tous ses sympathisants, les associations partenaires et les militants qui s’engagent au quotidien pour faire diminuer la pression publicitaire dans la Métropole de Lyon. Le collectif est né fin 2017 d’une volonté de porter la voix des habitants du Grand Lyon dans le cadre de l’élaboration du Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi).  

Les multiples actions et contributions du collectif auprès des élus et  maires de la Métropole ont permis au sujet de la publicité dans l’espace public d’émerger comme un sujet majeur, sur lequel les citoyens ont un avis et l’expriment (97% d’entre eux sont contre les écrans publicitaires numériques). « On a contribué à en faire un vrai sujet politique, et à faire entendre la voix des citoyens sur un dossier a priori “technique” » se félicite Marie-Hélène Lafage, membre du collectif.  Preuve en est que l’arrêt du RLPI a été repoussé à plusieurs reprises (il est prévu aujourd’hui pour après les élections municipales 2020), le texte étant encore source de discussions, notamment sur le sujet des écrans publicitaires numériques.

Fêtons nos 2 ans et les nouvelles encourageantes “pour” la pub dans l’espace public

le Collectif n’aura pas été pour rien dans la décision récente de la Métropole de renoncer au financement des Vélo’v électriques par la publicité numérique (Lyon Capitale). Son contrat de délégation de gestion du mobilier urbain envisageait en effet le financement de ces vélos électriques par le prestataire (Decaux) en contrepartie de l’installation de panneaux publicitaires numériques en dépit de leur caractère invasif, leur consommation énergétique aberrante ou des problèmes de santé publique qu’ils impliquent. 

Le Collectif a également contribué au débat au niveau national en lien avec l’association Résistance à l’Agression Publicitaire. Même si nous agissons au niveau local, rien ne vaut une évolution du cadre légal national » précise Gabrielle Joint, co-présidente du collectif. Récemment, l’Assemblée Nationale a adopté un amendement proposé par Delphine Batho, dans le cadre de la loi contre le gaspillage et l’économie circulaire qui va dans le sens de nos demandes. Cet amendement, qui reste à être approuvé par le Sénat, permettra en effet aux maires d’interdire les publicités numériques et lumineuses.

Et la suite ? Il est toujours prévu des écrans dans le projet actuel de Règlement local ou encore l’autorisation des publicités de taille géante. Le collectif Plein La vue continuera son travail de plaidoyer pour une ville apaisée de messages incitant à la surconsommation. “La rentrée 2020 sera chargée”, reprend Gabrielle Joint. “Les municipales nous offrent le cadre pour continuer à porter le sujet, nous allons poursuivre nos mobilisations et solliciter les candidats pour qu’ils se positionnent”. Mais pour l’heure, place à la fête…

Categories: InfoNews