footjob-hd.net

Communiqué de presse Collectif Plein la vue – 15 juin 2020

Pour le collectif Plein La Vue, s’il y a bien quelque chose de pire que la publicité imposée aux usagers dans le métro, c’est cette même publicité sans aucune contrepartie financière. La décision du SYTRAL d’exonérer l’entreprise publicitaire Clear Channel d’une redevance de 1,12 millions d’euros est non seulement un cadeau inapproprié fait à une multinationale puissante et peu utile à la collectivité, mais c’est également une nouvelle démonstration de l’influence de ces entreprises publicitaires sur nos institutions. Le collectif demande au SYTRAL de revenir sur cette décision à moins de mettre fin au contrat avec ce prestataire.

Par décision de sa présidente, Mme Fouziya Bouzerda, Le SYTRAL, gestionnaire des Transports en Commun Lyonnais, a décidé, dans le cadre de mesures d’urgence relatives à la crise sanitaire et économique liée au covid-19, d’exonérer la multinationale publicitaire Clear Channel de ses redevances dues au réseau pour les mois de mars à mai, soit un montant de 1,12 millions d’euros. Cette décision intervient dans un contexte où le SYTRAL annonce 165 millions d’euros de pertes et demande un plan de soutien à l’Etat.

L’entreprise Clear Channel bénéfice d’un contrat d’exploitation publicitaire du réseau de métro pour la période 2017-2024. C’est dans le cadre de ce contrat qu’ont été installés dans les stations de métro les nombreux écrans vidéo publicitaires dénoncés par le collectif Plein la Vue et par d’autres associations pour leur caractère invasif, agressif, pour les problématiques de santé publique qu’ils présentent (voir revue scientifique) et la consommation inutile d’énergies qu’ils nécessitent. En février 2019, l’Union des Comité d’intérêts Locaux et Plein La Vue réalisaient une grande consultation au cours de laquelle 97% des grands lyonnais interrogés se déclarent défavorables au déploiement de ces supports publicitaires.

Ecran numérique à la station de métro Bellecour à Lyon

Pour le collectif Plein La Vue, qui dénonce la nature des activités publicitaires dans les espaces publics mais également l’influence des entreprises comme Clear Channel ou JCDecaux sur les institutions publiques locales et nationales, cette décision doit être remise en cause. Ce qui choque d’abord le collectif, c’est la priorité donnée au soutien financier à une entreprise multinationale à la fois puissante et peu utile à la collectivité. Pour Anthony Geoffroy, co-président du collectif, « dans le contexte de la crise sanitaire et économique qui impacte le financement de nos transports en communs, il n’est pas admissible qu’une des premières mesures d’urgences mise en place par le SYTRAL soit d’aider une multinationale aux pratiques contestables et contestées. La crise nous a rappelé l’importance du financement de nos services publics, de la souveraineté alimentaire, des commerçants de proximité et de tous ceux qui font vivre ces activités. L’urgence n’est pas d’aider une entreprise dont la seule utilité est de diffuser des publicités pour Netflix ou Amazon Prime dans le réseau TCL à coup d’écrans géants en pleine face des usagers ».

C’est également le montant de l’aide et une tendance des institutions à mettre trop facilement à contribution les biens publics et l’attention des usagers au bénéfice de ces entreprises publicitaires que le collectif tient à dénoncer à travers cette décision. Elle fait écho à la polémique des quarante années de factures d’électricité non payées par JCDecaux révélée en 2018 (article Lyon Capitale). Pour Gabrielle Joint, co-présidente du collectif, « on a le sentiment que nos institutions sont trop peu regardantes face aux pratiques de ces entreprises et les nuisances qu’elles peuvent générer sur la population. Les contrats sont signés sur de nombreuses années, sans se soucier des enjeux de santé publique liés aux écrans, ni même de la qualité de l’information que ces entreprises ont pour mission de transmettre. Si aujourd’hui c’est au Grand Lyonnais, aux usagers des TCL et à l’Etat de soutenir ces entreprises du secteur publicitaire, cela confirme qu’elles abusent plus de nous qu’elles ne nous sont utiles ». La décision a été annoncée lors d’un Comité Syndical extraordinaire en date du 4 mai 2020 et n’a amené aucun commentaire de la part des élus présents (notamment Gérard Collomb, David Kimelfeld ou encore François-Noël Buffet) à l’exception d’une intervention de Pierre Hémon demandant le maintien de cette redevance.

Le collectif Plein La Vue demande donc au Comité Syndical du SYTRAL de revenir sur cette aide pour le bien des TCL et pour plus de cohérence (ou alors de mettre fin au contrat avec ce prestataire). Il appelle également les candidats à la Métropole de Lyon à se positionner clairement sur le retrait de cette subvention à Clear Channel.

Categories: InfoNews