Lyon, le 7 avril 2022

La mairie de Caluire-et-Cuire est favorable à plus de publicités sur son territoire. Où Monsieur Cochet souhaite-t-il installer les futurs écrans vidéo publicitaires… ?

Le conseil municipal de Caluire-et-Cuire a prononcé le 28 février 2022 son opposition au projet de Règlement Local de Publicité en cours d’élaboration par la Métropole de Lyon. Pourtant, ce projet de règlement prévoit d’empêcher le déploiement de nouveaux dispositifs publicitaires, supports invasifs, agressifs, largement décriés par la population, comme les écrans vidéo publicitaires ou  les bâches géantes publicitaires sur façades.

A l’instar des maires de Bron, Rillieux-la-Pape, Sainte-Foy-lès-Lyon, Saint-Priest ou encore Tassin-la-Demi-Lune, cette décision, utilisée par M. Cochet comme nouvelle occasion de polémiquer, néglige les attentes des habitants et des commerçants de proximité face à la sur-communication des grandes enseignes.

Un conseil municipal favorable à davantage de publicité à Caluire-et-Cuire

Alors que le conseil municipal devait se prononcer sur l’application concrète du projet de règlement sur le territoire de Caluire-et-Cuire, la majorité caluirarde a décidé de s’opposer aux avancées de ce document après l’énoncé d’arguments peu convaincants comme le fait que réduire le matraquage publicitaire serait un danger pour la liberté d’expression. Or, les principales mesures rejetées ici par les élus sont la suppression des immenses 4 mètres par 3, le non-déploiement des écrans publicitaires numériques ou encore l’interdiction des bâches publicitaires géantes. Pour Louis Coulombel de l’association Résistance à l’Agression Publicitaire, « la question que doivent maintenant poser les Caluirards à M. Cochet est : où compte-t-il installer ces écrans publicitaires ? dans le cœur historique de Caluire ?  rue Jean Moulin ? A l’entrée de voies de lotissements paisibles ? Sur la place Gutenberg récemment réaménagée ? Ou carrément le long de la voie verte ? »

Une mairie favorable aux panneaux publicitaires, pourtant moteurs de l’évasion commerciale au détriment du commerce de proximité

90% des commerçants de proximité ne font pas de publicité. Les panneaux publicitaires sont très majoritairement utilisés par des grandes enseignes qui inondent déjà, par ailleurs, d’autres médias. « Maintenir les 4 par 3 et, a fortiori, permettre l’installation de nouveaux dispositifs publicitaires, c’est permettre aux grandes enseignes de disposer de moyens de communication déloyaux au détriment du petit commerce » précise Anthony Geoffroy, coprésident du Collectif Plein La Vue. « Dans les années 1990 Caluire-et-Cuire innovait avec des écriteaux ‘’j’achète local’’ afin de protéger notamment les petits commerces de la rue Jean Moulin. On est surpris de voir que la préoccupation du maire actuel est de permettre à la grande distribution de capter un maximum de chalands et d’offrir demain aux  « dark stores » les outils pour prospérer ».

Philippe Cochet, hérault du lobby des afficheurs publicitaires

Cette position à contre-courant des attentes de la population et de l’intérêt du territoire n’est  pas une surprise tant M. Cochet s’est montré préoccupé par les intérêts des lobbies de l’affichage ces derniers mois. Lors du conseil métropolitain du 13 décembre 2021, il reconnaissait publiquement avoir diffusé à ces lobbies les pièces du projet normalement destinées aux seuls conseillers métropolitains. Depuis, il reprend à son compte la totalité des éléments de langage de ces lobbies à l’occasion de ses prises de parole sur le sujet. Une posture peu digne de la mission de représentation de la population. A l’inverse du cas de M. Cochet, le collectif Plein La Vue et Résistance à l’Agression Publicitaire-Lyon souhaitent féliciter les élus des 49 communes, de tous bords politiques, s’étant positionnés favorablement sur le projet de RLPi comme c’est le cas à Meyzieu, Ecully, Lyon, Villeurbanne ou encore Oullins. Réellement préoccupés par l’intérêt général, les élus de ces communes permettent à notre territoire métropolitain d’avancer vers un  cadre de vie plus apaisé et une meilleure prise en compte de l’environnement. Nous comptons sur eux pour renforcer ce règlement qui, d’ici à la fin de leur mandat, devra aller plus loin pour répondre à toutes les problématiques de l’affichage publicitaire.

***

Categories: Non classé